Cobra

Nous, qui ne sommes qu’un rêve de la réalité
une couleur, un steak
Nous naviguons, tous 
- nus, 
à la limite du fossile
Au hasard de l’amour
les paroles gesticulent
L’usure forge la nuit
Odyssée du voyage
Age, âges, âges
Age-voyage
Les yeux irrités indiquent le chemin
aux vitraux des cathédrales
parmi les fleurs-poissons
Poisson, poison
liqueur lourde dans l’orage
Les cloches sonnent, étranglées
Elles se trainent encore
Il fait nuit
Ce n’est pas triste
Un coeur ouvre la bouche
une cascade, un cobra
sur l’herbe
- rêche

Les commentaires sont fermés.