Rose et Menthe

rosenoire

Profondément, obscurité chancelante,
pendant longtemps
longtemps Elle
Elle dormait,
dormait – elle,
esprit rebelle et menthe.

La tête vaine, la cendre brûlée,
l’esprit sec, ignorant le poids des ans,
terrible, hésitante, ivre du bleu.
En ce moment précis, Elle revient, nue,
le silence au corps, équatorienne.
Libre maintenant.
Lui, poesie douce et severe.
Severe et Mante.

Lui et Elle, Elle et lui, Elles et Eux
Elle et Lui, mais Eux
Les Eux, les Hommes
Les oeufs, les oeufs, les oeufs
Elle et Lui mais,
mais Lui mets les mantes
Lui, mais les Mantes
La ou rampe le Serpent
Elle et Lui, Elles
Elle aimante, elle est Mante,
Elle aimante, Elle et Mante
Mantes, Mantes, Mantes
les deux sexes
Elle
Elle est Mante
Mante, Mante, Mante maintenant,
Lien, lien, lien
– un dit soluble
– dit, dit, dit
– indissoluble
Amour, Amour, Amour

‘ oh, petit homme,
la nuit de rose, la sens-tu ? ‘
Sur le retour …
Sur le retour cet Elle,

Sur le retour c’est Elle,
‘ oh, petit homme,
la chaleur, la sens-tu ? ‘
Sur le retour c’est Elle
C’est Elle, cet Elle,
cet Elle que tu crois connaitre
cet Elle que tu ne connais pas
Elle qui revient
Elle qui revient dans tes oreilles
Dans tes oreilles aimantes
mais tes oreilles mais tes oreilles mais
mais tes oreilles mais
mais tes oreilles et Mante,
mets tes oreilles aimantes
mais tes oreilles mais mentent
mentent, mentent, mentent
mais tes oreilles mais
mets tes oreilles mais
mais Mante, Mante, Mante
Aime, Aime, M
mais tes oreilles mais
mais tes oreilles aiment
tes oreilles aiment la menthe
Aiment la Mante

L’oeil posé sur la ligne, tout au long du vortex
allongé sur la vague de la méduse,
la meduse lente, lente aimante
Elle avec la Mante,
Elle, elle attend,
Elle attend de revenir
Revenir, revenir encore, aimante
Elle attend dans cette vallée, étroite et sombre
Elle t’attend comme la Mouche
la Mouche, menthe a l’eau
Mante a l’eau
a cote d’un arbre qui compte les poissons
a cote d’un arbre qui compte les poisons
les poisons de la belle méridienne,
rappelant les etoiles dans leur course équinoxe
Le sol pendu, le sel au corps, si génétique
Genetique, génétique, génétique au sol
au sol fendu, génétique

Dans ton sang
au si, oh si, au si
si, si, si
si génétique et mante
aimante, le si fendu
le si fendu au sol
sol 5
comme la Mouche
comme la Mouche
comme la Mouche
le si fendu sous l’eau qui rampe
qui rampe au sol fendu
génétique, génétique, génétique
génétique luminescente
génétique et Mante

Elle et Lui,
Lui Mante, Elle Mante, Elle et Lui Mantes,
Decident de gravir la montagne
Complices, desirs du Soleil et de la Lune
Mante Il la prend, il l’arrache aux Hommes

Elle s’arrache, rebelle et Mante
Elle, Elle, Elle l’unique, l’ultime
tendre flamme, il la brûle,il la brule,
de douleur, de douleur dans le plaisir,
plaisir humide
Caresse sucrée, pointe acidulee,
des lèvres revenues, des lèvres retenues,
des constellations, belles, belles, belles
belles jambes ravisseuses,
Effluves de l’orchidee, acide
Acides abandonnées
Acide et Mante
Abandonnée, Retrouvée
Retrouvée, Abandonnée
Au son de sa voix, Elle oublie
Au son de sa voix, Elle se souvient
Ecartelée
Sous son sexe mante

Sous son sexe, aimante,
Elle se souvient d’Elle
de Lui, de Lui et Elle
Lui pour Elle, pour qu’elle se peigne

Peigne ses peines,
Se peigne de couleurs fortes,
Se peigne, peines de couleurs menthe
Lui et La,
Lui est la,
Elle est la,
Lui et Elle,
Elle et lui,
mantes et lucides

Mandragore
La bouche ouverte, pulple rouge et feconde
Sur le sol, langue gemissante, Elle rampe encore
– apparemment
semence et Mante

Maintenant douce,

douce illusion,
douce illusion des hommes
Et Lui, pauvre petit homme, la-bas
La-bas il l’attend
Lui la-bas il l’attend, ignorant,
pauvre ignorant,
ignorant petits hommes
ignorant que maintenant
que maintenant elle va revenir
elle va revenir oui,
mais que maintenant,
que maintenant elle est Mante
que maintenant, elle est Mante
ignorant que maintenant
ignorant la Mante
ignorant qu’elle a toujours été
ignorant qu’elle est
Qu’elle est Mante
Mante

Mante
Mante
Mante

Et elle, enfin Elle
Elle s’en ira, méduse, menthe hypnotique
Meduse et Mante
refaire le chemin de la roue du Temps
apparemment, apparemment
apparemment seulement,
apparemment en arrière,
apparemment après et apparemment
apparemment en avant
en avant, apparemment
et seule maintenant
apparemment, apparemment

seule apparemment

Elle reprendra son arbre et puis son sang

génétique, génétique aimante

Sans maison sans maison
Son sang c’est sa maison
Sa maison, son sang
Car son sang, car son ange
car c’est son sang
Son sang c’est sa maison
sang, génétique,
ange aimante
ange et Mante
génétique aimante
génétique et Mante
son sang monte,
son sang, son sang, son sang
son sang, Mante !
que son sang mente,
car son sang, son rang,
son sang, son rang, c’est sa Maison !
Son rang, son sang coule,
coule, coule comme l’eau
comme l’eau et la menthe,
La Mante, est, maintenant …

Maintenant, elle est Mante
Maintenant, elle est l’eau
l’eau, l’eau parmi les Hommes,
les hommes qui mentent
Elle, elle est Mante, Mante et Fleur,
petite fleur
petite fleur
tempête qui souffle comme le vent
la brise dans cette foret
foret-menthe,

La, la-bas elle sera
elle sera, brise soudaine,
brise eternelle
brusque et lente

Elle est
Elle est maintenant
Elle et
Et et et, elle et
Elle est
Mante

Et Mante
Et Mante, elle brisera, être immortel
ce qui doit, que ce qui doit être
que ce qui doit être mente,
ce qui doit être brise
ce qui doit être Mante

douce et cruelle
seule et libre
simple et belle
Mante, maintenant
Mante, maintenant
Maintenant, Mante

Et toi dehors, petit homme
et toi dehors la ou tu crois qu’elle va revenir
toi dehors petit homme
toi dehors pour la Mante
dehors pour la Mante
amante et Mante
Aucune femme ne va revenir
car elle est, Elle est
Elle est Mante
Mante, Mante, Mante
Mante maintenant
Mante d’une autre Mante
Une autre Mante
Une autre Mante maintenant
Maintenant

Et l’on saura d’elle ce que l’on taira
dans cette mort aimante
rose noire
douce et tendre
pour ceux qui ne la connaissent pas
de l’eau, de l’eau tiede et feroce,
pas encore, pas encore
pas encore mais Rose
rose, rose,
rose a jamais
ose, ose, Rose qui dit.

‘ Avant la vie, course immortelle, et blanche comme cette nuit,
aucune âme n’avait jamais osé vivre
avant ‘

Les commentaires sont fermés.