Suspension

Elle se déshabille.
Nue. Enfin.
La pointe de son sein
sa profondeur 
sa langue franchie
sa bouche humide
sa peau solaire
son souffle dans la nuit
ses mains
  Tout
  Tout changeait d'amour
Dans le jardin 
un arbre aux cent visages
disait sa beauté
Le son n'etait plus le même
La saison transforme l'eau
La terre tremble, 
chaude, 
brûlante, 
- suspendue
Les mots s'accrochent, ils s'incarnent dans la nuit
La femme chantait, 
turquoise, 
libre
une plaine aux lèvres-éponges
son corps souterrain

   aphrodisiaque

Les commentaires sont fermés.